Université de Belrupt

Université du royaume renaissant
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hippocrate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sofio-de-Valmonte
Rectrice


Messages : 3488
Date d'inscription : 23/08/2009

Carte RRs
Postes occupés dans les RRs: duchesse ,capitaine, juge, bailli, cac, porte parole.et patati patata même brigande
Postes occupés à Belrupt: Recteur
Royaume, Duché/Comté, Ville: Bourbonnais Auvergne

MessageSujet: Hippocrate   Jeu 15 Aoû 2013 - 0:07

Hippocrate de Cos (460- 377 av. notre ère), est un médecin grec, le premier médecin occidental à avoir séparé l'exercice de son art (nature, place de l'homme) du contexte religieux (magie, interventions divines). Dans son œuvre, il expose deux principes :
- Primum non nocere : avant tout ne pas nuire ;
- Natura medicatrix : c'est dans les ressorts cachés de la nature que se trouvent les ressources de la guérison.

Cette œuvre écrite porte le nom de Collection hippocratique [l'Hexacontabiblos, recueil des Soixantes livres ou encore Corpus Hippocraticum] représentant actuellement 45 ouvrages, dont 5 traités de chirurgie (les Articulations, Des fractures, Des plaies de la tête, de l'officine du médecin, le Mochlique) et surtout :

- les Aphorismes ("sentence d'un grand sens énoncée en peu de mots"), édictant des principes généraux, est dans toutes les bibliothèques, entre toutes les mains non seulement des médecins qui les apprendront encore par cœur au XVe siècle. Cet ouvrage constitue une sorte de compilation des réflexions hippocratiques ;

- le traité Du Médecin, donne des conseils destinés à affirmer le médecin devant le malade-client ;

- le traité Du Régime dans les maladies aïgues, explique la manière dont le médecin doit examiner et interroger le malade, traité lié à celui du Pronostic ;

- le traité Des Epidémies, s'essaie à une définition et à un classement des maladies ou nosologie qui permettent l'identification de la maladie ou diagnostic ;

- le traité De la Nature de l'Homme, expose la théorie des "humeurs" dont résultent les maladies. Les maladies ont comme origine un déséquilibre (déficience ou excès) entre les quatre "humeurs" du corps (sang, phlegme ou lymphe, bile jaune et bile noire ou atrabile). Ces humeurs correspondent elles-mêmes aux quatre éléments : le feu, l’air, la terre et l’eau. Ces quatre éléments se voient à leur tour attribués une qualité propre (chaud, sec, froid et humide - qui détermineront alors, selon leur prédominance, les quatre tempéraments fondamentaux : le bilieux (chaud et sec), l’atrabilaire (froid et sec), le flegmatique (froid et humide) et le sanguin (chaud et humide). Quand déséquilibre il y a, parce qu’une humeur l’emporte sur tous les autres, ou que l’influence d’un élément est excessive, apparaissent alors les maladies physiques, qu'il convient de rééquilibrer au moyen de régimes alimentaires jouant sur des antagonismes (cru/cuit, chaud/froid, sec/humide, amer/doux), mais aussi les troubles psychiques d'origine autre ;

- le traité sur les Maladies de tête, et celui sur les Maladies de la Femme, insistent sur les troubles psychiques : les douleurs, suffocations, maux de tête, crises d'hystérie proviennent du déplacement de l'utérus (matrice ou hystera en grec) vers la tête, utérus qu'il est nécessaire de remettre en place au moyen de fumigations buccales ou... pubiennes (des odeurs agréables attirent l'utérus tandis que des odeurs nauséabondes l'éloignent) ;

- le traité Air, Eaux, Lieux, vise à préparer le médecin voyageur à comprendre les maladies en fonction du climat et de l'environnement (l'exposition au soleil des cités, le régime des vents, l'origine des eaux consommées, de la nature des sols, des cultures, des coutumes, des régimes politiques et des comportements morraux ;

- le Serment, qui pose les règles de la responsabilité médicale :

« Je jure par Apollon, médecin, par Esculape, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivant : je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon avoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ; je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s'ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons orales et du reste de l'enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre. »
« Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté. Je ne pratiquerai pas l'opération de la taille1. Dans quelque maison que je rentre, j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur,et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves. Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai ce qui n'a jamais besoin d'être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas. »

« Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire. »

_________________
Sitographie :
- BAILLY Nicolas, Survol chronologique de l'hippocratisme éthique, 2006 (fichier format pdf) ;
- MOSSE Claude, Les leçons d'Hippocrate, pour le magazine histoire ;
- DUFRESNE Jacques, Hippocrate ou l'ébauche d'une médecine scientifique ;
- Biographie d'Hippocrate ;
- Cours d'histoire de la médecine de la préhistoire à l'antiquité du CHU-Pitié-Salpétrière ;
- Hippocrate sur medarus ;
- Œuvres intégrales d'Hippocrate ;
_________________
Bibliographie :
- HIPPOCRATE, L'art de la médecine, (traduction et présentation par Jacques JOUANNA et Caroline MAGDELAINE), Flammarion, Paris, 1999 ;
- JOUANNA Jacques, Hippocrate, Fayard, Paris, 1992.

_________________
et de Navigation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hippocrate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PRÉNOTIONS DE COS d'Hippocrate
» Hippocrate
» Hippocrate: Aphorismes
» [Raids] Semaine du 16 au 22 septembre
» Septicémie, Un air d'immortalité [Acceptée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université de Belrupt :: Livres scientifiques et technologiques :: Médecine-
Sauter vers: