Université de Belrupt

Université du royaume renaissant
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Biographie de Sébastien de Belrupt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jack de Belrupt
Responsable de la communication


Messages : 88
Date d'inscription : 03/06/2012

Carte RRs
Postes occupés dans les RRs: Tribun
Postes occupés à Belrupt: Responsable de la Communication
Royaume, Duché/Comté, Ville: Savoie, Belley

MessageSujet: Biographie de Sébastien de Belrupt   Jeu 2 Aoû 2012 - 12:45

Citation :
Biographie de Sébastien de Belrupt
Fondateur de l'Université de Belrupt
Duc de Lorraine
Archichancelier de l'Empire francophone

Décédé en avril 1459


Sebastien de Belrupt dict le Droit, vicomte de Chatenoy, baron de Belrupt et Commandeur de l'Alérion Lorrain, est un personnage marquant de l'histoire politique du Duché de Lorraine et de l'Empire francophone. Figure contreversée pour ses visions libérales et fédératrices, il a mutliplié les postes à responsabilités en Lorraine et à Aix-la-Chapelle. Son nom est particulièrement connu hors des frontières de l'Empire en tant que fondateur de l'Université de Belrupt.

I. Jeunesse et étude (Jusqu'en Novembre 1454)

Né en Lorraine, fils de Charles de Belrupt et d'Elienore de Vaudevois, il a été élevé dans un pensionnat flamand, dans la ville de Tournai [naissance IG]. Âgé de 18 ans, il partit étudier les sciences politiques à l'Université de Marlaeauvergne avant de passer avec succès l'examen d'admission à l'ordre des Avocats du Dragon.

II. Premiers mois en Lorraine (Décembre 1454 à Juin 1455)

Apprenant le décès de son père, le jeune homme rentre en Lorraine pour s'installer dans la cité séculaire de Toul. S'étant pris de passion pour la justice lors de ses études, il s'engagea dans la maréchaussée de la ville au poste de brigadier. Un mois plus tard, il fut promu au poste de Lieutenant des forces de polices de Toul.

Bien formé à l’éloquence par ses études de droit, il prit la décision en mars 1455, après plusieurs mandats au conseil municipal, de se présenter comme candidat du GAL (Groupe d’Action Lorraine) à la mairie. Ainsi, pour la première fois, en mai il obtint un poste d’élu et devint 5e maire de Toul avec près de 70% des voix.
Exceptionnellement, le Conseil Ducal lève l'interdiction de cumul et Sébastien demeure Lieutenant de police en plus de son poste de maire. Son mandat lui permit de se retrouver pour la première fois confronté au monde politique. Très rapidement courtisé par les partis lorrains en tant que nouveau maire, il rejoignit le parti de Yanahor, l'AMPL, après avoir sympathisé avec ce-dernier.

III. Les jeunes années (Juillet 1455 à Janvier 1456)

La scène ducale
Son mandat à la mairie à peine achevé, une démission innantendue survint au sein de l'équipe AMPL au Conseil Ducal, le conduisant à entrer au Conseil au poste de Procureur.
Curieux d’aller plus loin que l’investigation policière, Sébastien se lance dans sa nouvelle fonction où il est amené à plaider plusieurs fois par jour au tribunal. Son diplôme d’avocat prend maintenant tout son sens et il ne regrette pas d’avoir passer de longues nuits à le préparer. Après un mois passé à se familiariser avec les affaires ducales, il est élu, directement cette fois, au Conseil et est nommé Prévôt. Il retrouve enfin la filière de la maréchaussée mais doit désormais gérer les bureaux de toutes les villes lorraines avec l’aide de leur lieutenant respectif. Pendant ce mandat, son principal objectif fut d’améliorer la communication et la rapidité de la justice.

Une rencontre innantendue
Alors qu’il est à nouveau élu Prévôt, un lieutenant vint le chercher pour qu’il règle une affaire dramatique : une jeune femme qui venait de quitter définitivement la Lorraine pour rejoindre son fiancé, un officier du Roy de France, se fait agresser et dépouiller sur la route. Sébastien organise un rapatriement vers Toul et celle-ci est obligée de rester là quelques jours pour se reposer. Le Prévôt, épuisé par les derniers événements, profite de l’occasion pour prendre quelques jours de repos dans sa ville natale et veille la jeune femme, Kemaille de Roquevillard.

Idylle
Sans qu’ils s’en aperçoivent, après de longues discussions à la lueur de la cheminée pendant les soirées d’automne, le destin frappe à la porte et ils deviennent secrètement amoureux l’un de l’autre un peu plus chaque jour. Cependant chacun garde ses sentiments pour soi, elle parce qu’elle sur le point d’en épouser un autre presque par devoir, lui parce qu'il sait qu'il va bientôt devoir rentrer à Nancy.

Une fonction bien délicate - La Régence
En octobre, son travail à la justice et d’un coup du destin lui permet de se retrouver Régent à la fonction de Duc de Lorraine suite à l’absence de la Duchesse de Morphée. 4 semaines éprouvantes durant lesquels il s’est retrouvé confronté à des problèmes économiques vieux de plusieurs mois qui l’ont plongé dans un domaine inconnu à cette échelle : l’économie. En plus de cette charge de travail vinrent s’ajouter une opposition farouche entre les partisans d’un Régent plus expérimenté et ceux qui soutenaient son élection, c’est là qu’il dû pour la première fois tenir un discours sur la place de la capitale en face des Lorrains, un moment empreint d’une impression de fierté et de crainte.
La Régence lui vaudra la plus haute disctinction lorraine, il est nommé Commandeur de l'Alérion par la Duchesse Morphée.

Amour contrarié
Pendant la Régence, malgré le travail herculéen qui l'attend, Sébastien cherche à préserver du temps pour le consacrer à Kemaille qui se rétablit. Elle finit par guérir, et ils ne peuvent désormais plus retarder l'échéance : son fiancé l'attend. Désespérés, ils profitent de leurs derniers jours comme des condamnés. Finalement, pliant à une impulsion soudaine, ils se déclarent l'un à l'autre et Kemaille s'empresse d'écrire à son fiancé qu'elle ne le rejoindra pas.
Furieux, celui-ci entre alors en Lorraine accompagné de ses hommes, manquant de déclencher un incident diplomatique entre la Lorraine et la France. La Régence commande à Sébastien la prudence, mais celui-ci ne sait faire autrement que de lutter pour garder Kemaille. L'offier repartit finalement pour la France, ses fiançailles rompues. Kemaille et Sébastien peuvent se déclarer au grand jour alors que la Régence touche à sa fin.

Mariage sous la neige
L’annonce est enfin faite, Kemaille et Sébastien se marient au cœur de l’hiver, ce dernier profitant de quelques mois sans charge officielle. La fête est somptueuse grâce à l’organisation des quatre témoins : Shirelle, la sœur retrouvée de Sébastien, Alasdair et Rosa, le frère et la sœur de Kemaille, et Yanahor, son ami de longue date. C'est l'apogée d bonheur pour le jeune homme d'alors.

Apogée et chute (Février 1456 à mai 1457)

Apogée d'une carrière à la justice
Quelques semaines après son mariage, Sébastien est élu au Conseil Ducal et nommé Juge par le Duc Yanahor . C'est la consécration pour lui qui avait fait de la justice sa carrière. Il lance plusieurs chantiers en cherchant à réaliser ses objectifs : simplifier de manière durable la machine juridique et rendre la justice équitable. Ses mandats de Procureur et de Prévôt lui valent une grande popularité au sein de la maréchaussée ce qui l'aide à accélérer grandement les réformes.

Maladie
Quelques semaines avant la fin de son mandat, Sébastien tombe gravement malade. Il se replie alors quelques jours dans la nouvelle maison qu'ils viennent d'achever avec Kemaille à Vaudémont. L'occasion pour lui de prendre un repos bien mérité. Cependant, la maladie persiste et s'installe, le contreignant à démissionner de ses fonctions pour rester aliter en permanence à Vaudémont, veillé par Kemaille.
C'est finalement une bonne nouvelle qui lui donnera la force nécessaire de vaincre la maladie : Kemaille est enceinte. A peine rétabli, il reçoit une missive officielle de Nancy : il est convoqué par le Duc à la cérémonie de fin de mandat.

Annoblissement et revers de la médaille
Pour le travail qu'il a accompli à la justice lorrain, Sébastien est fait Baron de Belrupt par Yanahor . C'est une revanche sur le destin pour le jeune homme qui est né dans la misère. L'annoblissement marque pour lui la fin d'une étape. En effet, dans les semaines qui suivirent, la situation politique se dégradent fortement suite à un violent affrontement entre Yanahor et Sébastien. Leur parti, première force politique du Duché, n'y survit pas et ses membres ne paviennent à empêcher le retour de leurs ennemis au pouvoir.
C'est un coup dur pour le baron qui avait mis un point d'honneur à poursuivre les réformes. La situation politique s'en trouve durable affectée au point qu'il envisage de quitter la Lorraine lorsqu'une première vague d'habitants quittent le Duché.

Bourbonnais-Auvergne (Juin 1456 à Juin 1457)

Départ de Lorraine, l'Odysée
C'est finalement quelques semaines plus tard que le départ s'organise. Un groupe de vingts habitants de Verdun, Toul et Vaudémont quittent à leur tour la Lorraine. Formant un groupe de voyage appelé l'Odysée, la troupe descend vers le sud s'arrêtant en bordures des villes et établissant leur campagne. Ce sont des semaines de pur bonheur pour Sébastien, qui peut enfin faire le vide dans son esprit et se ressourcer.
Quelques semaines plus tard, le groupe arrive en Bourbonnais-Auvergne, dans la cité de Montbrisson. Ils tombent immédiatement sous le charme et décident de s'installer. Après plusieurs semaines d'érance, il leur est agréable de s'arrêter et d'enfin poser leurs bagages.

Montbrisson - un fils
Kemaille et Sébastien achète une maison au bord du lac, juste à côté de celle de Rosana et d'Alasdair, et ils ouvrent la taverne de l'Odysée sur la place du village. Ce sont des semaines de bonheur intense qu'ils vivent tous ensemble jusqu'à l'accouchement de Kemaille le 26 août 1456. Ils ont désormais un fils, qu'ils décident d'appeler Erwann. Tout naturellement, Rosana et Alasdair en deviennent la marraine et le parrain.

L'Université de Belrupt
En Lorraine, Sebastien avait envisagé la création d'une école de police, lorsqu'il était Prévôt. Ce projet n'a jamais vu le jour par me manque de temps. Une fois arrivé en Auvergne, il disposa à nouveau de davantage de temps libre, aussi décida de renouer avec son projet, mais beaucoup plus diversifié. C'est ainsi qu'en octobre 1456 s'ouvrit l'Université de Belrupt qui allait devenir la plus grande école d'Europe avec plus de 170 étudiants par session et 20 professeurs venus des quatres coins de la France et de l'Empire.

Retour en politique, la Mairie de Montbrisson
Alors que l'Université continuait à se développer, le Maire de Montbrisson proposa à Sébastien d'entrer au conseil municipal comme conseiller aux artisans. C'est ainsi qu'il retrouva ainsi le milieu de la politique municipale, mais cette fois avec une ville beaucoup plus grande : plus de 400 habitants.
Au début de l'année 1457, il se porta candidat à la mairie de Montbrisson pour succéder à Elwe, contre Furax, un ancien Montbrissonnais ayant déjà été maire à plusieurs reprises. Après une campagne rude et serrée où Sébastien était mené dans les sondages, le dernier jour des élections donna lieu à un retournement innattendu qui ouvrit lui ouvrit les portes de la mairie avec 62% des voix. Ce fut le début de quatre mois à la tête de la cité pour le baron qui renforça ainsi ses connaissances en commerce, dans une ville qui voyait passer des dizaines de miliers d'écus par mois.

L'appel de la Lorraine
Tandis que l'Université atteignit le nombre de 60 étudiants, plusieurs d'entre eux, Lorrains, lui racontèrent les derniers évènement et lui demandèrent son aide. Après quelques semaines de tergiversations, une fois son 4e mandat achevé, il quitta le Bourbonnais avec sa famille pour regagner en Lorraine. C'était la fin d'une parenthèse qui avait duré une année.

Retour en Lorraine (Juillet 1457 à Décembre 1457)

Après un long voyage, s'est finalement à Vaudémont que le groupe décide de s'installer après avoir passé les premiers jours à se partager entre Toul, Epinal et Vaudémont.

Coup d'Etat
Le retour aux affaires fut plus rapide que prévu. Alors que le Duc élu perdait de plus en plus d'influence chaque jour, une partie de la famille von Frayner décida de prendre les armes et d'attaquer la capitale par surprise, détrônant ainsi le Duc Selee pour le remplacer par Chlodwig von Frayner.
Sebastien de Belrupt, alors baron, se range du côté des partisans de l'ancien Conseil en s'opposant la prise de pouvoir. La contre-révolte est rapidement menée et chasse Chlodwig du Château ducal. A cette occasion, le baron se voit confier la charge de Procureur, comme dans son jeune temps, afin de mener les procès des insurgés.

Duc de Lorraine - une nouvelle Constitution
A peine de retour au Conseil qu'un nouveau parti voit le jour, la Confrérie de l'Alérion Lorrain, né d'une alliance entre Floche, Melrikk et Sebastien de Belrupt. Quelques mois plus tard, il est élu contre Floche par les membres du parti pour prendre la tête de la liste aux élections ducales d'octobre. C'est pour lui l'occasion de faire campagne pour une Réforme de la Constitution en tentant de mettre fin aux pouvoirs quasi-absolu de la Haute Assemblée Lorraine, alors dans les mains de Guise von Frayner.
Les listes sont nombreuses et les projets tous différents, cela fait longtemps qu'une campagne électorale n'avait pas vu tant de monde s'affronter en Lorraine. Finalement, la liste CAL l'emporte avec plus de 25% des voix et en fait le seul parti à disposer de trois sièges au Conseil Ducal. Après quatre jours de négociations et un Conseil divisé en deux camps, Sebastien de Belrupt est finalement élu Duc de Lorraine.

C'est alors que commence un bras de fer de près de deux mois entre la Haute Assemblée, soutenue par la haute noblesse, et la majorité du Conseil Ducal. C'est finalement au terme du mandat qu'est votée la nouvelle Constitution, abolissant la HAL et instituant une assemblée regroupe les trois états, l'Assemblée Ducale, ainsi qu'un Conseil Constitutionnel pour les recours. Le mandat s'achève alors qu'ont été réalisé par le Conseil une réforme de la sécurité et un plan de relance général de l'économie.

L'Empire (Janvier 1458 à Janvier 1459)

Un nouveau projet
La fin du mandat du Duc est marquée par un retour des affaires impériales au centre de la scène politique lorraine. Sébastien, peu satisfait d'un système qu'il juge inefficace incarné par le HCI (Haut Commandement Impérial), il décide d'essayer de développer un modèle plus fédéral. Aidé principalement par Jontas de Valfrey, il écrit un projet de traité pour la fondation de la Fédération de l'Empire Occidental (FEO).

Fédération de l'Empire Occidental
Une fois le projet écrit, Sébastien fait le tour des trois capitales de l'Empire francophone, Nancy, Dole et Chambéry, pour essayer d'obtenir un accord politique. Toujours soutenu par la coalition en place en Lorraine, il obtient rapidement le soutien du Conseil Ducal. L'affaire fut par contre bien plus difficile dans les deux provinces. S'il obtient tout d'abord une fin de non recevoir en Savoie, le Comtois acceptent de le recevoir et acceptent un projet légèrement remanié après des mois de négociations. Les Savoyards, suite à des demandes répétées de ses voisins et grâce à une configuration politique interne plus fédéraliste, rejoignent finalement la dernière phase des négociations. C'est ainsi qu'est signé le Traité d'Aix-la-Chapelle, instituant la Fédération de l'Empire Occidental.

Consécration
Le Traité, qui prévoit l'élection par les 36 Conseillers Ducaux, avec approbation des Régnants, d'un Archichancelier, poste vacant alors depuis de nombreuses années, se met rapidement en place. Sébastien est élu dès le premier tour au poste qui marquera le sommet de sa carrière. Chargé de former un gouvernement, il présente un Conseil Impérial paritaire (Savoyards, Lorrains et Comtois) qui lance rapidement les chantiers devant instituer concrètement la Fédération.

Délitement
Il s'avère cependant que l'ancrage Savoyard en faveur de la FEO est moindre que dans les deux autres provinces. Le nouveau gouvernement tente de convaincre et l'Archichancelier se déplace en Savoie mais un évènement extérieur vint renverser la situation. La mort de l'Empereur LongJohnSilver et l'élection d'Alvéran Ier, proche des Spartes, précipite la chutte de la FEO. L'Empereur, qui a été soutenu pendant l'élection par le perspicace Victor de Sparte, instaure le Royaume de Lotharingie en lieu et place de la Fédération et nomme Victor de Sparte Roy.

Fin de vie (Janvier 1459 à Avril 1459)

Retour aux affaires
Sébastien rentre alors en Lorraine où il est appelé à mener une liste aux élections ducales. Auréolé de sa visibilité à la Fédération, il est élu Duc de Lorraine pour la seconde fois. La Constitution qu'il avait instaurée est toujours en place et le chantier institutionnel ne figure dès lors plus en haut de l'agenda. C'est en réalité son premier mandat d'envergure où il ne doit pas tout construire mais simplement s'attacher à la gestion du Duché.

Dernier hommage
Tentant de légitimité le nouveau Royaume, Victor de Sparte fait nommer Sébastien par l'Empereur pour siéger au conseil chargé d'écrire la constitution du Royaume. Cependant, la maladie s'abat sur lui avant le début des travaux et il est finalement emporté en avril, avant même la fin de son mandat ducal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Biographie de Sébastien de Belrupt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Biographie de Sébastien de Belrupt
» [Vicomté] Chatenoy - Erwan de Belrupt
» Bastien - Anne Krystelle
» Biographie de Viken
» Biographie Guigoux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université de Belrupt :: Livres d'Histoire :: Biographies et Autobiographies-
Sauter vers: