Université de Belrupt

Université du royaume renaissant
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La guerre du Berry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La guerre du Berry   Mar 12 Mai 2009 - 18:59

Le Bourbonnais-Auvergne est en guerre.

C’est le mardi 11 septembre de l’an 1455 que notre duc, messire Willen reconnu le 30 août précédent, déclara la guerre au Berry. Cette déclaration faisait suite à une succession d’événements qu’il est bon de rappeler... Souvenons-nous…

Il faut remonter un mois en arrière, précisément le 12 août, à Bourbon, lorsque le vil Crategos pilla la mairie, et s’enfuit pour le Berry. Le duché lui offrant l’hospitalité. Il fut cependant traqué puis jugé, et finalement condamné le 26 août à une amende de sept mille écus. Il est banni à vie de notre duché.

Comme de nombreux brigands qui ont sévi dans notre duché, les 30 000 diables entre autres, l’ancien maire de Bourbon s’est installé en Berry, dont les relations avec la Touraine, déjà au plus mal, s’enveniment de plus en plus. Et malgré des initiatives de réconciliation entre ces duchés, comme celle du 21 août, les rapports entre Touraine et Berry demeurent fragiles.

La situation se dégrade un peu plus lors de la tentative de soulèvement de la minorité berrichonne de Loches, en terre tourangelle. Ce fut le déclenchement des hostilités en ce funeste 2 septembre...

Les troupes de Touraine pénétrèrent alors en Berry, le 4 septembre, d’abord à Saint-Aignan, puis le lendemain, elles arrivèrent devant Bourges et commencèrent à faire le siège de la capitale.

Notre duc publia une ordonnance le 5 septembre qui interdit la circulation d’habitant du Berry en Bourbonnais-Auvergne. Cette annonce fut suivie le lendemain par la proclamation en Berry de la loi martiale : la circulation des Auvergnats sur le sol Berrichon est désormais prohibée par la loi.

Ces événements parvinrent jusqu’à Paris et la situation attrista notre bon Roy Levan le IIIème qui, depuis le Louvre, le jour même du début du siège de Bourges, fit une déclaration, colportée dans tout le royaume.

Cette déclaration était claire. Le Roy affirmait à tout duché ou tout comté de s'abstenir d'entrer dans cette guerre, qui, par le jeu d'alliances diverses, menace de s'étendre au sein de tout le royaume.

Il est alors bon de rappeler que notre duché est justement allié de la Touraine, au sein de l’Alliance du Centre. Le 7 septembre, le regroupement des 4 autres membres de l’AdC, Bourbonnais-Auvergne, Périgord-Angoumois, Poitou et Limousin, proclament que les troupes de l'Alliance, présentes ou venant à être présentes sur le sol du duché de Touraine, ne s'associeront à aucune opération offensive sur le territoire du duché du Berry.

Au front, les choses s’accéléraient… Le siège de Bourges se poursuivit et des compagnies franches, telles les Lucioles et le Clan des Sentinelles, vinrent soutenir l’armée tourangelle aux portes de la capitale berrichonne. Et tout en haut des remparts, le visage du fourbe Crategos fut reconnu, défendant sa nouvelle patrie, emplie de brigands et notamment de ceux qui avait lâchement tenté de prendre Loches quelques jours auparavant.

Ces nouvelles arrivèrent jusqu’à Clermont, et le 11 septembre, le duc Willen déclara officiellement la guerre au Berry, pour la protection des brigands sévissant en notre duché ; pour la protection du fourbe Crategos, patrouillant sur les remparts de Bourges ; pour le placement d’espions dans certains de nos villages ; et pour la préparation d’une offensive contre le Bourbonnais-Auvergne.

Le duc Willen précisait bien qu’il s’agissait d’une offensive individuelle, écartant l’Alliance du Centre de toute intervention. Les trois membres de l’Alliance respectèrent donc ceci et publièrent une nouvelle annonce le 13 septembre, stipulant qu’elle n’interviendrait pas dans le conflit.

C'est justement le 13 septembre que le duché voisin de la Bourgogne annonça que ses frontières sont fermées, pour des raisons de sécurité.

Pour le moment, nous sommes dans l’attente… Attente d’un conflit dur, ou d’une solution diplomatique… Il ne nous reste plus qu’à prier le Très Haut pour trouver une réponse à nos maux, car comme le disait Aristote :

L’objet de la guerre, c’est la paix.

Martymcfly pour le journal de Moulins
Le 17 septembre 1455
Revenir en haut Aller en bas
 
La guerre du Berry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Berry: quelques détails pour les nouveaux arrivants...
» Bilans du Conseil Ducal
» Politique
» La guerre du Berry
» Guerre contre la Bretagne et l'Anjou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université de Belrupt :: Livres d'Histoire :: Histoire du Royaume de France-
Sauter vers: