Université de Belrupt

Université du royaume renaissant
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Oeuvres de l'Académie royale: Orphelinat Saincte-Clothilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arielle_de_siorac
Universitaire
Universitaire


Messages : 60
Date d'inscription : 27/12/2009
Localisation : Hostel de Gilraen, rue Sainct-Antoyne, Paris

Carte RRs
Postes occupés dans les RRs: Académicienne royale
Postes occupés à Belrupt: Professeur
Royaume, Duché/Comté, Ville: Le Marais, Paris

MessageSujet: Oeuvres de l'Académie royale: Orphelinat Saincte-Clothilde   Jeu 4 Fév 2010 - 15:33

Citation :
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

    L'orphelinat Saincte Clothilde, l‘œuvre d‘une femme.

    Elevée dans un couvent près de Péronne, baptisée par frère Nico, dame Ksandra de Plantagenest créa l’orphelinat pour y pouvoir accueillir les nombreux petits mendiants et autres orphelins qu’elle rencontrait sur sa route.
    Le lieu prit le nom de Saincte Clothilde, en mémoire de la première épouse du sieur Charles de Bourbon, qui épousa dame Ksandra en secondes noces. Avec son frère Roland, elle parcouru les routes de France pour annoncer l’ouverture de l’orphelinat, en recueillant au passage les premiers pensionnaires, orphelins sous l’emprise de mauvaises gens les exploitant.
    L’orphelinat fut au départ une institution liée à la famille de dame Ksandra, puisque la fondatrice était aidée de son frère, de sa nièce, et de feu le sire Sieur de Plantagenest.

    L'orphelinat à ses premières heures.

    A cette époque, dame Ksandra, la fondatrice, dirigeait l'orphelinat, secondée par son frère, Roland de Plantagenest.
    Le premier endroit abritant l’orphelinat fut les terres de Château-Gontier que dame Ksandra tenait en Anjou. Suite à la rebellion de l’Anjou contre le Roy de France, et au soutien de dame Ksandra à Sa Majesté, ses terres angevines luy furent retirées.
    Sa Grasce l’Empereur du Sainct Empire Romain Germanique Long John Silver luy fict don d’une demeure de grande taille, lors d’une entrevue à Lorrach, dans le comté du Baden, en Saint Empire Romain Germanique : c’est le siège actuel de l’orphelinat

    Trouver des employés motivés fut une tâche ardue, la fondatrice ne voulant que le meilleur pour ses petits protégés.
    Une dame portant le nom de Stefie occupait la charge de surveillante, une autre nommée Florie la secondait, Onda était femme de chambre. Le sieur Gautefroid, troubadour de son état, distrayait les enfants dans une salle de jeux. Guigui145 était cuisinier, Ellina et Caroline79 nourrices sous les ordres de Rodrielle, nourrice en chef, Aldena, institutrice, enseignait aux enfants le minimum pour qu'ils puissent avoir une vie normale.
    S’ajoutaient à ces employés des gardes, des gens de maison, un infirmier, un médicastre et un prêtre.

    Une grande demeure.

    L’orphelinat est une grande maison, capable d’accueillir soixante enfants en sus du personnel d’entretien ordinaire. Trois dortoirs de douze lits chacun accueillent le sommeil des enfants, veillés par le veilleur de nuit qui avait sa propre chambre. A cela s’ajoutent six chambres individuelles pour les jeunes gens nubiles, ainsi qu’une pouponnière pour les très jeunes enfants, comprenant trois rangées de six berceaux.
    Le réfectoire, salle où sont pris les repas, contient dix tables de six personnes. Une cuisine permet de préparer les repas, un potager assure l’approvisionnement en fruits et légumes. Pour ce qui est de la viande, le cuisinier l’achète en dehors de l’orphelinat, certains enfants arrivant avec leur animal de compagnie et ne supportant pas que l’on fasse de mal à un animal. Une salle de classe permet d’assurer les cours, et le bureau de la directrice permet aux visiteurs de se présenter et d’exposer le but de leur visite.
    L’orphelinat reçoit également des dons en natures de généreux donateurs soucieux de voir cet endroit bien portant.

    La survie malgré les aléas du destin.

    Suite à une absence prolongée de la fondatrice, l’orphelinat reste quelques temps fermé, puys, au début du mois d’octobre mil quatre cent cinquante cinq, trois habitantes de la ville de Mayenne, en Maine, soucieuses d’aider leur prochain, reprennent en main le lieu.
    Dame Mu1ere prit en charge la direction et la gestion de l’endroit, dame Lora s’occupa de satisfaire les besoins quotidiens des enfants et de préparer les repas, et dame Erwelyn prit le poste d’institutrice. Mais, grâce à ses talents d’herboriste hérités de sa mère, elle pouvait aussi soigner les petites blessures des pensionnaires de l’orphelinat. Le sieur Pointbarre, qui les rejoignit peu après, s’occupa de tous les travaux d’entretien du lieu.

    Pressée par des obligations personnelles, dame Mu1ere dut s’absenter à son tour, laissant l’orphelinat à ses amis. Ce départ fut suivi peu après du retour de dame Ksandra, qui désirait reprendre l’orphelinat sous sa coupe. A la suite d’une mésentente, dame Erwelyn, dame Lora et messire Pointbarre quittèrent définitivement l’endroit, le laissant de fait à sa fondatice.

    Un retour à la vie de l‘orphelinat.

    Depuis la fin de l'année mil quatre cent cinquante six, voyant l’endroit de nouveau sans gestionnaire, dame Elisha de Montislageri, dicte Altania, a repris le flambeau et se charge de remettre sur pieds l'Orphelinat. Elle a pris contact avec le premier aumonier de France, monseigneur Lyonis d'Appérault dict p27kw, afin que de placer l'institution sous la protection de la Maison Ecclésiastique Royale, gérée actuellement par monseigneur Muad Dib de Lasteyrie.

    Cependant, dame Ksandra est revenue à l’orphelinat, au début de la présente année mil quatre cent cinquante sept, avec la ferme intention de le remettre sur pieds. Dame Elisha a donc laissé sa place, permettant à la fondatrice de reprendre la direction du lieu.
    La protection de la Maison Ecclésiastique Royale ne sera plus nécessaire à l’institution puisque l’orphelinat est d’ores et déjà sous la protection de l’ordre franciscain et de plusieurs grands seigneurs.

    Le quotidien de l’orphelinat.

    Le petit déjeuner est pris à sept heures trente, le dîner à douze heures, et le souper à dix-neuf heures.
    Un potager servait pour les légumes utilisés lors des repas, les viandes étant achetées à l’extérieur de l’orphelinat, maugré un enclos réservé à l’élevages de volailes et aultres animaux de compagnie. Les enfants déposant leurs animaux dans cet enclos et étant très attachés à leurs compagnons refusaient la plupart du temps que les poules et aultres animaux soient tués pour servir ensuite au cuisinier.

    De nombreux mécènes

    L’orphelinat reçut dès sa création le parrainage de nombre de personnes nobles et influentes en le royaume de France, dont un grand nombre fait partie de la famille de dame Ksandra. Il faut citer notamment :

  • Sa Majesté Long John Silver
  • Monseigneur Rehaël de Plantagenest
  • Sire Gaelic de Plantagenest
  • Dame Icie de Plantagenest
  • Feu sire Roland de Plantagenest
  • Feu sire Sébastien Deldor de Plantagenest
  • Dame Arielle de Gilraen de Dénéré
  • Feu sire Héraklius de Plantagenest de Capardant
  • Feu dame Ann de Plantagenest
  • Feu sire Charles de Bourbon
  • Sire Nakuneuil d’Azayes
  • Dame Alivianne d’Azayes et sire Thierry54270
  • Monseigneur Kad d’Azayes
  • Sa Grasce Enorig Von Frayner d’Azayes
  • Feu sire RicLayat
  • Feue dame Wiatt Diane d’Azayes
  • Sire barbu
  • Dame Blue.de.Thuret
  • Dame lady.blueeyes
  • Feue dame Oya
  • Feue dame Shanize
  • Sieur Taubi
  • Dame Wonderanny
  • Feu Onyx de Penthièvre
  • Feu sieur Beuchemeu
  • Sieur Meroot
  • Sieur Tydual de Dénéré
  • Sieur Elleurc et son épouse
  • Sieur Luzifer
  • Sieur Groland de Sade

    De nombreux aultres personnes apportèrent leur contribution à l’orphelinat, mais leurs noms ont échappé à la mémoire de dame Ksandra de Plantagenest…


Fait par Eloin, Copiste académique
le 2 août 1457

Académie royale de France, Institut de Lexicographie ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Oeuvres de l'Académie royale: Orphelinat Saincte-Clothilde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oeuvres de l'Académie royale: les Compagnons d'Eleusis
» Oeuvres de l'Académie royale: dictionnaire vieux françoys
» Oeuvres de l'Académie royale: les cultures et élevages
» Oeuvres de l'Académie royale: Vie d'Armoria
» Oeuvres de l'Académie royale: Précis de survie à la Cour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Université de Belrupt :: Livres d'Histoire :: Divers-
Sauter vers: